Kigali, la ville au mille et une tourmentes…

Le soleil était chaud… J’étais encore très fatigué, sûrement à cause de la longueur de mes nuits… 2, 3 heures tout au plus ! Difficile de s’endormir quand on s’imagine entendre des coups de feux et des cris… Sans parler de ces foutus moustiques qui s’abreuvent de nuit, question de me faire paniquer un peu plus ! Désolé, mais je ne suis pas un « bar open » à bébittes ! Faire ça pendant mon sommeil… traître ! (C’est un peu comme profiter d’une fille trop saoule… vraiment pas cool, ça !)Mama (surnom de ma grand-maman) était dans son côté de la maison (la maison étant séparée en 2 sections avec une espèce de toit qui les unit), assise tranquille, à regarder les enfants jouer… Là-bas, pour un jeune homme de 16 ans comme moi, c’était un manque de respect de fumer devant mes aînés… sauf que ce que la majorité de ma famille ne savait pas, c’est que chaque matin, je traversais en cachette voir Mama et je lui donnais une dizaine de cigarettes, qu’elle s’empressait de cacher soigneusement en dessous de son lit avant de me remercier d’un merveilleux sourire, un bec dans le front et un merci dans une langue que je ne connaissais pas… Pendant un mois de temps, j’ai entretenu une relation très exceptionnelle avec une femme qui ne comprenait absolument rien de ce que je pouvais lui dire. C’était fort, plus que les mots ! C’était dans ses yeux, je sentais l’amour pur, celui qu’on recherche tous un jour ou l’autre… Elle me contait des histoires que je ne comprenais pas mais que j’écoutais avec passion tout en m’imaginant qu’elle me racontait la jeunesse de ma mère, sa fille… J’aurais aimé être capable de lui dire à quel point sa fille avait été une bonne mère. J’aurais aimé qu’elle sache… que sa fille est morte de chagrin, tellement elle s’ennuyait d’elle… en fait, de tout ceux qu’elle se sentait coupable d’avoir laissé tomber.Pas facile… je m’arrête, le temps de faire le point. Encore une fois, à suivre…

 

2 réflexions au sujet de “Kigali, la ville au mille et une tourmentes…”

  1. C’est un beau retour en arrière que tu fais là! Probablement la meilleure façon d’expurger toute cette souffrance…j’ai hâte de lire la suite!

  2. Depuis plus de 2 heures que je lis au hasard tes tranches de vies, tes humeurs, et je reste bouche bée. 2 heures et il semble que ça fait 5 minutes.

    C’est bon de te lire et de savoir que tu peux te libérer.

Laisser un commentaire