Les accommodements à Ti-Mé

null

LES ACCOMMODEMENTS DE TI-MÉ
Chers concitoyens raisonnables…

À entendre le délire raciste sur les accommodements raisonnables, on a parfois l’impression que certains se sont faits circoncire entre les deux oreilles ! Or en telle matière, tout est question de jugement et d’ouverture d’esprit. Personnellement, il m’importe peu que ma voisine afghane ou taliboune se voile la bine et refuse de manger des fèves au lard …D’abord que son mari ne vient pas exploser dans ma cour après!

L’irritant dans toute cette histoire de droits et libertés (pour ne pas dire droits et privations) réside dans l’abnégation à sens unique qui nous est imposée… Et si nous avions droit nous aussi à de nouveaux accommodements ou à des accommodements égaux aux leurs? Le droit de nous raser la barbe par exemple ou encore de visiter une mosquée en bikini…

Si on permet à un « sick hindou » d’aller à la maternelle avec son poignard, pourquoi ne pourrait-on pas, de notre côté, suivre des cours de conduite avec un bazooka? Cela augmenterait à coup sûr le taux de réussite des aspirants conducteurs…Non?
Et pourquoi ne pourrions-nous pas, nous aussi, voiler nos femmes? Je ne dis pas toutes les femmes mais certaines…Cela en aiderait peut-être quelques-unes à se trouver un compagnon… Non?

Et si les musulmans obtiennent un jour le droit de prier à genoux sur le boulevard Décarie ou sur l’autoroute 15… Pourquoi n’aurions-nous pas, en contrepartie, le droit de visiter leurs mosquées en VTT ou en skidou?

Tout est une question de gros bon sens! Il suffit de s’accommoder mutuellement. Même chose avec les pauvres hassidiques assaillis par le spectacle de nos femmes en sueur. Pourquoi, au lieu de givrer les fenêtres du YMCA, ne givre-t-on pas simplement leurs lunettes?

J’ai aussi pensé à quelques petits trucs qui favoriseraient assurément leur intégration à la culture québécoise.

On sait que les femmes hassidiques ont le droit de montrer leurs cheveux uniquement à leur mari (elles portent d’ailleurs des perruques en guise de chapeaux) Pourquoi ne pas simplement les obliger à porter des panaches d’orignaux plutôt que des perruques?? Cela en ferait des Québécoises à part entière. Et si leurs maris portaient la casquette au lieu du casque de poil, on se retrouverait avec 5000 Ti-Mé du jour au lendemain!

On pourrait en échange s’engager à faire circoncire nos orignaux ou mettre des bagels dans nos sapins au lieu des boules de Noël… Non?

Finalement pourquoi ne pas construire un mur des lamentations où hommes et femmes qui sont en couple pourraient aller chialer chacun de leur bord?

Je vous le dis: tout est une question de gros bon sens! Et rappelez-vous:l’habit ne fait pas le moine …surtout s’il y a une grenade en dessous!

Ti-Mé Paré…

merci à www.cyberpress.ca pour ce moment de jouissance mentale!

2 réflexions au sujet de “Les accommodements à Ti-Mé”

Laisser un commentaire